NICO & co … pêcheurs du Monde …

… gone fishing …

Flyfishing Trip Montana 2019

19 Juin – 5 Juillet– C’est parti pour mon 8eme Flyfishing trip dans les rocheuses, le 6 eme pour Romzy and the first one pour Luingin !
C’est la première fois que nous y allons si tôt dans la saison, contraintes professionnelles et universitaires obligent. Petite inquiétude car c’est aussi un des hivers les plus rude dans le Montana et Nord Idaho depuis de nombreuses années avec des cumuls de neige records et un été qui n’en fini pas d’arriver…
Quelques incertitudes donc sur les rivières et le programme. On va s’adapter.

Départ de Pau Mercredi 19 Juin, 6h30 via Paris Orly, récupération des bagages, Roissy en bus, enregistrement pour Minneapolis, et destination finale Bozeman, Montana. arrivée 22h30 local, soit après très exactement 24h de voyage (8h de décalage).

Étape classique pour la 1er nuit au QualityInn de Belgrade, réveil en fanfare, ou plutôt en alarme incendie à 6h, 1er American Breakfast d’obèse,

Un Uber pour aller récupérer le CampVan à 10h du mat. C’est la nouveauté de ce trip. En effet, à trois l’option couchage dans le coffre du dodge caravan n’est plus possible. J’ai donc réservé un van, 4 couchages afin de conserver cette mobilité maximale dans nos déplacements tout en pouvant se poser à peu prêt n’importe où pour la nuit sans avoir à monter la tente. Et cette option va s’avérer salvatrice lors des premiers jours de ce trip avec cette arrivée d’un front froid, pluie et neige que seul le Montana peut vous réserver à cette période de l’année …
Le van est tout équipé, kit de couchage et camping. Rien à trimbaler dans les valises, ni tente ni matos de camping.

Jeudi 20 Juin:
11h00, prêt pour descendre sur le park en logeant la Gallatin.
Stop rituel chez Simms à la sortie de Bozeman,

razzia sur les Tshirts, sweets, chemises et autres buffs, puis stop chez Orvis Fins&Feathers pour récupérer les Montana fishing licenses (season, plus intéressant que le 10j a prolonger) 3 paires de wading shoes Orvis ultralight rubber sole (semelles en feutre interdites depuis cette années sur le park). J’avais réservé en taille 10, mais c’est du 11 qu’il fallait. Coup de bol, ils les ont aussi en stock. Dernier check sur le Parking avant de tracer, une chaussure taille 10 s’est glissée parmis les 5 en taille 11… toujours bien checker avant de tracer…
On trace, tout équipé dans notre super camion. La Gallatin comme prévue est encore chargée d’eau de neige, bien muddy.
Stop chez Corral après Big Sky pour un premier Hamburger du séjour, top adresse. Le vent s’est maintenant levé en tempête, la température chute annonçant l’arrivée prévue du frond froid sur la zone. West Yellowstone balayé par le vent, sous des giboulées de pluie et neige, fuck. Gros supermarché, stop à blue Ribbon fly shop, permis 3 jours (mini) pour le park, et quelques mouches de plus, stim, helk air caddis et nymphes (rubber legs).
16h30, on trace vers la Madison entre les 2 lacs, en espérant trouver une zone abritée de la tempête pour aller dérouler un peu de soie ce soir. La pluie et la neige redoublent, mais le parcours à l’arrivée dans le hearth quake lake est abrité du vent. On attaque en nymphe montée en dropper d’un gros stimulator. Pas top mais il faut bien pêcher … la température chute encore, les montagnes se couvrent d’un léger voile de neige, mais l’endroit reste magique. Le castor, maître des lieux est toujours là.

Romain se fait casser par une belle arc montée sur son Stim. J’accroche une arc sur une petite nymphe que je perd avant la mise à la raquette et surtout je fais monter 2 autres belles arcs sur mon Stim monté en indicateur. Il y a du monde la dessous. Les conditions sont vraiment à chier, froid glacial, eau mâchée, mais quelques arcs commencent à prendre sporadiquement en surface. On laisse tomber les nymphes. Romzy pique une jolie arc sur gobages sur un petit Stim, 1st fish du séjour,

quelques duns dérivent maintenant. On passe en CdC. Je fais monter une arc et sauve la bredouille.

Luingin fait de même et ramène sa 1er truite du Montana!

Mission accomplie dans des conditions dantesques pour une fin Juin. On rentre au camion, transis, les doigts gelés et trempés. Chauffage à fond, replis vers le campsite en face de Campfire lodge, spaghetti poulet et au lit. Mais qu’est-ce que sa pèle, bordel !

Vendredi 21 Juin
entrée sur le park pour une session Firehole.

La rivière est magnifique et encore bien fraîche. Superbe éclosion vers 11h de sedge très clairs, quasiment blancs, sous les giboulées de neige et de grésil. La firehole rentre en ébullition, pas du gros poissons, mais de belles farios bien colorées et quelques arcs au milieu. On a un grand glide pour nous et on enchaine les poissons, c’est une orgie.

A noter l’attaque d’une grosse fario sur une petite arc que je venais de ferrer, sortie de dessous un herbier, dans mes pieds. Elle engloutie ma petit arc et la recrache aussitôt. Carte postale de la pêche de la Firehole sur le park avec un troupeau de bisons qui nous passe dans le dos au bord de la route.

Après une trentaine de truites chacun, repris stratégique sous une tempête de grésil, au chaud dans le van.

On décide d’aller faire le coup du soir sur earthquake ou 3$Bridge. Stop sur le magnifique medow de la Madison avant de sortir du Park. Romain et Louis étoffent
leur score sur quelques jolies fario.

Arrivée vers 18h a earthquake, vent, froid, rien ne sortira. Pas de coup du soir mais un toujours un grand spectacle de la nature dans cet endroit magique.
Retour au van, soupe chaude et bivouac sur place.

Samedi 22 Juin :
Nuit très froide,

besoin d’un solide breakfast. Ça tombe bien, on est à 5min de Campfire Lodge au bord de la Madison. Born to fish, forced to work, c’est la devise de ce lieu mythique où ils servent le meilleur American breakfast de tout le grand Ouest! Régalade !

On est paré pour la journée. Départ pour une 2ème journée sur le park. Arrivée à West Yellowstone, 5C, crachin, limite neige fondue . Pas très encourageant tout ça… coup de fil chez Henry’s Fork Angler. Il fait meilleur à last chance et la HF pêche bien. Changement de programme. Il est 9h00, on trace direct sur Last Chance. Stop a HF Angler pour prendre les permis Idaho, quelques Green Drakes et le fishing report. Rencontre sympa avec un des jeune guide de HF Angker, Max qui nous file quelques tuyaux.

11h00 en poste à Osborne springs. Quel bonheur de se retrouver sur cette rivière.

Les gulpers de la HF sont au rendez vous, toujours le même scénario, elles rentrent en activité le long de la berge sur l’éclosion de PMD, et très vite basculent sur les rusty spinners. Quelques opportunités sur ces poissons qui remontent la rivière en faisant quelques stops dans les criques. Louis prend un magnifique refus sur Rusty Spinner ,

Romain en fait monter 2, ratées au ferrage avant de parvenir à ferrer sa 1er 20(-)inch du séjour, magnifique arc bonite de la HF.

Pour ma part j’ouvre aussi mon score, gamme 20-, et en rate une autre au ferrage, sur rusty spinner.

L’activité des grosses arcs stoppe brusquement vers 14h30.

Il est temps de descendre vers Ashton, sur la Lower HF, au spot indiqué par Max guide du flyshop. Il semble que la lower HF est en feu en ce moment avec des hatches de Green Drake (énorme ephemeropteres verdâtres) qui font sortir les grosses farios. Il ne nous a pas pris pour des touristes le Max. Spot de folie, grosse rivière puissante et pêche de bordure style Gave d’oloron sur les portions de berge avec des gros blocs de rochers. Les grosses farios se postent dans les veines d’eau le long des roches ou dans les criques formées par ces blocs. Et là c’est du sérieux, des poissons de rêve, taille trophée, qui interceptent goulûment les énormes Green Drake qui dérivent en nombre. Visions hallucinantes, ces énormes têtes brunes qui percent la surface avec un battement de la pelle à tarte qui leur sert de nageoire caudale. 4X mini obligatoire en pointe pour brider ces poissons au milieu de tous ces obstacles et les veines d’eau centrales surpuissantes. Par contre pas de problème pour suivre l’imitation de la Green Drake, et pas de problème pour faire monter les fish dessus. La difficulté réside dans le ferrage sur ces grosses mouches. Plusieurs poissons ratés sur des ferrages trop rapides, sans attendre la bascule du poisson, et la Drake qui ressort lamentablement de la gueule. Même sans avoir piqué la truite, son 6eme sens en éveil, elle ne prend plus, refus sur refus, même en changeant de mouche. Mais on n’a pas raté tous nos ferrage .
C’est Louis qui ouvre le bal sur une grosse arc (il y en a quelques unes), mais perdu en combat.
Alors que l’on s’apprête à progresser après cette 1er action, une énorme tête perce la surface à 1 m devant nous. On a failli lui marcher dessus. C’est une très grosse fario qui prend les Drake dans une petite crique entre deux buissons. Louis propulse sa mouche en arbalète. La 3ème tentative est la bonne. La truite engloutie son imitation par le travers sous nos yeux. Ferrage latéral sérieux, et combat de folie de Louis attelé à ce monstre. Je dévale avec lui pour l’aider à la mise à la raquette. Mission accomplie, c’est un superbe bécard, qui doit bien taper ces 54 cm. Louis exulte.

Pendant ce temps Romain a attaqué un autre poisson dans la veine juste au-dessus et est déjà attelé avec une autre grosse fario. Magnifique, elle semble presque petite par rapport à celle de Louis, mais c’est du 20inch bien calibré, avec la bosse. Incroyable !

On leur tire le portrait en mode doublé.

Ça commence très fort, on a progressé de 5 m sur la berge. Et on repère encore 2 grosses farios collées à la falaise un peu plus en amont, toujours dans la même crique. Un vrai délire. Un grain orageux passe et un vent contraire souffle en rafale rendant le coup aléatoire. Je rate les deux au ferrage.. Très fort Nico… Et j’enchaîne ensuite une série de refus mémorables avec des visions fantastiques de cette grosse fario posant son nez sous ma mouche sans jamais plus la prendre. Je capitule car d’autres actions nous attendent plus haut.
Je ferre une petite 40, lot de consolation, bien rondouillarde. Elles sont bien nourries dans le quartier.

Romzy a déjà repéré une belle ‘’teuté’’ à la pointe d’un bloc de rocher. Bon passage de sa Drake, montée au ralenti, bascule, ferrage. C’est propre. La truite dévale, bien bridée, mais passage sous un bloc et pointe dans une branche sous l’eau. Merci le 4x. Je m’y colle, manche dans l’eau pour libérer sa pointe. C’est bon ça tient. Elle est vaincue. Encore une grosse fario de 20inch+ avec la bosse.

On passe rive droite et le festival continu. Quelques grosses farios sont à table sur les Green Drake sur la bordure. J’en pique une dans une belle veine d’eau . C’est du lourd. Gros combat et Louis parvient à la mettre dans sa raquette. Quel fish magnifique, cuivrée, épaisse, longue, très longue, un bon 55-56.

Louis clôture la session avec une arc de 20inch qui lui offre un combat de malade.

Grosse première journée sur la HF avec des 20inch+ et des farios de rêve pour tous les 3. Louis hallucine.
Retour le cœur léger sur Last Chance et campsite dans la forêt en face de wood rod à Osborne.

Dimanche 23 Juin:
Déception, L’épicerie du Beedgees a fermé. Session à Last Chance en descendant vers Harriman State Park. Toujours la belle zone a 10 min de marche du parking.

Louis ouvre les hostilités sur un dun CdC, mais décroche son poisson. Idem un peu plus tard sur une grosse arc. C’est le début d’une journée shcoumoune pour tous. Romain fait monter 4 belles arc sur la bordure sur rusty spinner , les 4 ratées au ferrage. Il sauve sa session sur une magnifique arc de la HF, toujours sur Rusty spinner.

Quand à moi je rate une belle au ferrage, décroche une autre, et tire enfin le portrait à un poisson, mais point de 20inch.

C’est un peu light ce matin. La plus belle éclosion sera des petites mouches de pierre, mais prises uniquement par les petites arcs. L’éclosion de PMD de 11h sera sporadique, gênée par un vent froid qui s’est levé. Et comme souvent les grosses arcs de la HF se mettront à table sur la bordure sur une retombée de spent. Mais l’affaire est pliée à 13h.
On décide de redescendre à Ashton pour l’après midi et coup du soir.
Même constat, pas la même folie que la veille. Pas d’éclosion de Green Drake dans l’après midi, et donc pas de grosses farios dans les veines d’eau. Le coup sera sur des configurations différentes, dans peu d’eau, sur les rives calmes et au Rusty spinner. Mais la schoumoune ne nous lache pas. Romzy perd 2 grosses farios en combat. Louis rate au ferrage une autre belle fario.
A noter aussi le léviathan repéré par Romzy au milieu de la rivière et qu’il fera monter sur une imitation de salmon fly ( grande perle), mais ratée au ferrage. De mon côté n’est pas plus brillant. Pas d’opportunité sur du gros. Quelques belles 40-42 tout de mêmes. On devient vite difficile sur cette rivière. On passe amont pour le coup du soir. L’éclosion de Drake commence enfin et la rivière rentre en ébullition. On enchaine plusieurs 40-45 mais pas de monstre.

Romain débusque une grosse arc en amont sur une belle zone calme derrière un arbre. Un coup de rêve, dans cette petite crique, surface glacie, énorme ‘teuté’ qui prend les Green Drakes. Celle de Romzy aussi, prise au ralenti, bascule, ferrage, explosion. IL parvient à l’amener à la raquette. C’est une magnifique 20inch++, 53-54?, profilée comme un obus, aux couleurs cuivrées incroyables.

Je clôture la session en tirant le portrait d’une belle Fario bien ronde.

La fête est finie. Il est 20h. Retour sur Osborne pour la nuit en face du millionnaire pool.

Lundi 24 Juin:
Reveil sous le soleil au bord de la Fork. Une merveille :

Et décrassage nature en face de HF Lodge 🙂

Ce matin on pêche les gulpers des Osborne springs. Malheureusement l’éclosion de PMD de 11h normalement suivi d’une retombée de spent n’aura jamais lieu. Certainement la faute à ce vent froid qui s’est levé dès 9h et qui ne fait que forcir. Les gulpers ne se mettront jamais vraiment en poste sur les bordures. On aura quelques occasions sur des gobages sporadiques et des poissons en mouvement, mais sans succès. J’en rate une qui monte sur mon oreille de lièvre que je ne voyais pas.
On capitule vers 13h00 pour aller se remonter le moral avec un bon burger en terrasse de trout Hunter lodge.
On fait un stop sur les glides de last chance. Peu d’activité et un vent qui souffle en tempête. On insiste sur quelques beaux head and tails sporadiques sur les bordures.
Romzy fait monter 4 poissons sur rusty spinner, 2 décrochées, 1 ratée au ferrage et une de 40 faite, tandis que je me casse les dents sur un gros fish qui gobe toutes les demi-heures. Je parviens enfin à la piquer sur rusty spinner. Poissons très épais qui me plante un rush surpuissant vers le milieu de la rivière. Louis vient m’aider pour la mettre à l’épuisette. C’est une 20inch bien trapue mais avec la gueule amochée.

Il est 18h30, le vent se relève. On décide de finir le coup du soir sur Osborne. Rien de bien sérieux non plus. Quelques poissons ratés, quelques 40 pour Louis Et Romzy. Toujours ce vent froid qui bloque les éclosions. Petite journée donc sur la Fork.

Mardi 25 Juin:
Et la même aujourd’hui. Timide éclosion vers 11h00 sur last chance. Rien pour faire sortir les belles. Une 40 pour Romzy et un magnifique refus pour Louis sur un head and Tail. Replis vers 11h30 sur Osborne springs pour traquer les gulpers. Pas de folie non plus ici. Une seule portion de rive a peu près pêchable abritée du vent qui s’est à nouveau levé. Quelques fenêtres de tir entre 2 bourrasques sur les arcs qui remontent le courant lentement en longeant la berge, et enchaînent 2 ou 3 gobages sur des micros merdouilles dans la pellicule de façon aléatoire. Posté, à genoux, planqué dans les herbes, il faut attendre l’opportunité qui se présente. A ce petit jeu, Romzy toujours très efficace en fera monter 2 sur Oreille de lièvre , quasiment impossible à voir sur l’eau. La 1er daigne se faire tirer le portrait,


il perd la 2ème sur le 1er jump. Idem pour Louis qui pique son 1er gulper d’Osborne sur une ORL, mais la perd en combat. Dommage mais bien joué. Nada pour moi.
Le vent est maintenant trop fort. Repli vers la van pour une session sandwich en dominant la Fork et départ pour une session de fin de journée sur la lower HF.
Bonne option, pour une world class session de malade sur la Lower Fork. On y arrive vers 15h30, le vent souffle en tempête à contre courant créant des vagues à la surface de l’eau mais la rivière est en ébullition en plein courant au milieu. Les truites se déchaînent sur les Green Drakes. On est au niveau d’une mise à l’eau de drift boat et en attendant que le vent tombe plus tard en fin de journée on commence à s’amuser en dapping avec une grosse imitation de Green Drake sur la multitude de poissons de 40cm qui se gavent. Mais très rapidement elles passent sur une retombée de spent, et au milieu des 40 quelques monstrueux head and tail apparaissent en plein courant. On passe sur Rusty spinner, pas facile à repérer en plein vent et à la surface agitée. C’est Romain qui s’attelle en premier. Grosse, très grosse fario qui lui fait la misère, rush, jump, descente en plein jus. Il parvient à la sortir du lit principal très puissant à cet endroit et la fini sur la berge. Je viens lui cueillir dans la raquette. Quel fish. Un talos de Fario.

Je repère à mon tour un head and tail somptueux en plein milieu. Le vent commence à faiblir. Elle monte au ralenti sur mon spent au 2eme passage. Bascule, ferrage. C’est du très lourd, elle tient le fond et me tracte en remontant la rivière, un véritable camion. Je parviens à la sortir du courant et peux enfin la travailler sur la berge, tout en évitant une branche immergée vers laquelle elle tente de se tanquer. Merci le 4X. Romain est venu m’aider et fini par la mettre au fond de sa raquette qui parrait un peu sous dimensionnée. C’est encore un très gros fish, un magnifique bécard avec des pelles à tartes en guise de nageoire.

Estimée au retour en France grâce à un repérage sur la canne à 57-58 cm.

Louis enchaine avec une jolie petite fario.

Et nous n’avons pas encore progressé sur la rivière. Il est 17h et le vent est complètement tombé. La folie au milieu de la rivière est terminée et il est temps de se consacrer à la berge en remontant au milieu d’une nuée de caddis.

Nous allons enchaîner les actions sur une pêche de berge, des poissons en poste dans toutes les bonnes veines d’eau prenant au ralenti les spents qui descendent, des visions de gros becs perçant la surface. Chacun son tour, on va piquer ou rater ou décrocher des poissons trophées, un mix de farios et d’arc, avec quelques actions mémorables comme cette magnifique arc ferrée par Romain dans une vasque sous un buisson le long d’un gros bloc de rocher,

ou cette énorme fario tentée et calée par Louis qui écumait dans sa vasque au pied d’une petite falaise tout ce qui passait sous nos yeux écarquillés laissant parfois émerger au ralenti son énorme caudale quasiment posée sur le bord du rocher, ou encore cette grosse fario que je pique et qui fini par se décrocher en fin de combat lorsqu’elle me remonte dans les pieds pour fuire la raquette.

Et cette magnifique fario de 50 aux proportions parfaites

La session se terminera à la nuit avec une action plus qu’improbable de Louis sur un monstre de Fario. Il avait repéré la grosse ‘teuté’ perçant la surface derrière un gros bloc et insistait depuis plusieurs minutes quand on le rejoint avec Romain. Il s’apprêtait à capituler ne voyant plus son spent dans la pénombre, lorsque on aperçoit son poisson convoité percer la surface dans la zone calme de la veine, collée à la berge. Louis refait quelques passages sur nos indications. En fin de dérive, sans voir sa mouche il relève la canne et sans le savoir vient de piquer le monstre qui avait englouti son spent. La truite n’a pas compris et Louis non plus. La truite ne démarre pas et Louis nous annonce que c’est petit. Par contre sa Scierra soie de 4 est pliée en deux avec son petit poisson tanqué au fond qui se promène tranquillement autour de lui. Bizarre pour un petit fish. Romain rentre dans l’eau et éclaire avec sa frontale. Une énorme forme orangée apparaît sous l’eau, non ce n’est pas petit, c’est énorme ! Louis réalise et tente de la faire monter en surface, rien à faire. Romain décide d’aller la cueillir au fond avec sa raquette à la frontale. C’est gagné. C’est un très gros mâle, épais, estimé avec la marque sur la canne à 56cm . Louis exulte et pulvérise son record à la mouche.

Il est temps de rentrer au van, bien détendus après cette session d’anthologie.
Grosse salade de riz sur place puis retour sur Osborne pour y passer la nuit et tenter les gulpers le lendemain matin.

Mercredi 26 Juin:
Réveil à Osborne, la tête encore pleine de ces visions de head and tails d’hier soir. Un osprey d’école de sa vigie à quelques mètres du van

Le vent ne s’est pas encore levé quand on rentre sur le flat d’Osborne spring vers 10h. Les gulpers sont en action au centre de la rivière, dans de somptueux head and tails sur cette surface glacie. Un rapide check à la surface de l’eau et sans surprise elles se sont mis à table sur une retombée de rusty spinner. Je m’avance très lentement vers un groupe de Head and Tail, 1er cast, montée, ratée au ferrage. Chit !! Une autre occas se présente aussitôt quelques mètres en aval. Je me repositionne, 2 ou 3 passages, bingo, mon spent se fait engloutir, bascule, ferrage. C’est une belle bonite de Osborne, ces arcs absolument uniques aux proportions et couleurs parfaites, de véritables joyaux à la defense surpuissante, qui vous sortent de la soie dans de long rush en travers de ces immenses flats que forment la Henry’s Fork à cet endroit. C’est vraiment le graal de la pêche en sèche et c’est ça que l’on vient chercher dans ce coin du nord de l’Idaho.

Ce début de matinée très prometteur ne va pas tenir. Le vent se lève et met un terme à l’activité des gulpers. Dommage. Romain aura eu le temps de faire monter 3 gulpers mais tous ratés au ferrage (je pense qu’il les attaque d’un peu trop loin, mais qu’est ce qu’il pêche bien …) et Louis ferre une arc mais pas la taille bonite malheureusement. Il lui faudra encore patienter pour pouvoir admirer sa 1er bonite d’Osborne, après son décroché d’hier.

Break sandwich, petite sieste et go pour une dernière session sur la Lower Fork.
Pas la même folie, pas de Green Drake ni de grosse retombée de spent. Donc moins de gros poissons dehors. Un festival de 40-42 combatives, mix fario et arcs, qui nous semblent bien petites alors qu’elles nous régaleraient partout ailleurs.

C’est incroyable à quel point on peut devenir difficile dans notre traque des poissons trophées. Romain cravate une belle fario du calibre supérieur

et Louis fait monter un gros poisson dans une belle veine d’eau. C’est une grosse fario de la Lower Fork qui tient le fond , la scierra est pliée en limite de puissance. Casse au noeud de mouche, et grosse déception pour Louis. On remonte la bordure mais pas la même folie que l’autre soir. Quelques beaux poissons piqués mais pas de monstres.
Retour à la nuit à Osborne après une bonne plâtrée de spaghettis, beurre jambon fromage.

Jeudi 27 Juin:
Journée de transition entre Idaho et nord Montana
Dernier réveil au bord des flats d’Osborne, toujours aussi magique. Petite baignade tonique ds la Fork,

rapide tentative sur quelques gulpers en mode braco (nos permis Idaho ont expirés la veille), mais le vent est déjà trop fort. Rien à espérer aujourd’hui sur les flats d’Osborne.
Il est temps de tracer sur la Mo qui d’après les fishing report commence à très bien pêcher en sèche.
Stop rapide pour saluer Max de Henry’s Fork Angler, super jeune fishing guide, remarquable pêcheur et vraiment trop cool. C’est lui qui nous avait indiqué le spot sur la Lower HF en arrivant. On s’échange nos comptes Instagram en se promettant de se faire une session ensemble la prochaine fois, car il y aura forcément une prochaine fois.
Un dernier burger sur la terrasse de trout Hunter au bord de la Fork, une tuerie.

On trace vers Craig, en descendant toute la somptueuse vallée de la Madison. Un stop de quelques heures sur la rivière a Ennis pour une session Salmon fly et nymphe en pointe dans un vent de malade. Pas facile mais on accrochera quelques fish, sur la nymphe. Une grosse fario qui m’explosera mon 4X après un jump en la bridant pour l’empêcher de passer sous l’arbre déraciné couché sur la rivière. Dommage mais belle action. J’enchaîne avec une belle arc sur le même spot, toujours sur la nymphe.

Romain tape aussi une belle arc et un white fish et décroche une grosse fario montée sur sa salmon fly.
Il est 18h30 et le vent souffle toujours en tempête. On choisi l’option de tracer sur Craig pour y arriver à la nuit et être en place pour l’éclosion de PMD demain matin.

Vendredi 28 Juin:

  • Craig, Missouri, campside n10, aucune place au bord de l’eau.
    Une première journée d’anthologie sur la Mo avec une éclosion non stop de PMD de 9 du mat à 9 du soir, et une orgie de head and tail sur les duns PMD en CdC. Que des arcs magnifiques, toutes plus belles les unes que les autres aux robes parfois très différentes, sur le spot du piton,

    Luingins découvre la Mo et perd un peu ses moyens face à cette profusions de gobages de gros poissons très sélectifs. Il encaisse quelques casses sur des démarrages surpuissants qui ne pardonnent rien. Il fait un break en traquant les rattle snakes

    Sieste, montage de mouches au van et on remet ça pour un coup du soir sur le glide du wooden bridge,

    avec en clôture une somptueuse fario, la seule de la journée pour Louis sur rusty spinner qui lui permet de conjurer le mauvais sort qui le poursuivait depuis le matin avec des casses et décrochages en série. Well done Luingin, you’ve never given up.

    A noter aussi une décroche sur un poisson que je n’ai jamais vu, qui m’a mis sur le backing sur le 1er rush et qui ma baladé durant plus de 5 min sur 150m de berge avant de me laissé tout dépité.
    Retour à la nuit et rencontre avec un putois sur le chemin qui nous empeste d’un jet défensif.

    Samedi 29 Juin:
    Retour de bon matin sur le spot du piton. L’éclosion de PMD commence déjà et les premiers H and T sont déjà visibles à peine rentré dans l’eau. A croire que ça ne s’est pas arrêté de la nuit. Plus difficile qu’hier mais toujours un nombre incroyable de poissons a attaquer sur Dun de PMD ou Rusty Spinner, les 2 mouches du moment. Une pêche passionnante sur des poissons de 20 inch de moyenne, principalement des arcs, aux couleurs magnifiques, les opercules pourpres et irisées. De belles actions, des décroches (beaucoup sur des mouches en 16 barbless) quelques casses sur des rushs surpuissants, et des ratés au ferrage. Romain très en forme et efficace comme d’hab arrive même à leurrer une belle arc du pool au castor en nymphe à vue.

    Break à 15h avec le vent qui se lève, matage des truites depuis le pont de Craig
    ,

    baignade et sieste dans l’herbe au bord de la MO, ready pour le coup du soir. Le vent est tombé, le bras du wooden bridge est en ébullition. Un nombre hallucinant de gros poissons sont en activité à l’entrée du bras, sur les Dun et Spents de PMD. Festival pour Romzy et Louis qui enchaine les Arcs,

    Moins de réussite pour ma part avec beaucoup de décroches. C’est ma soirée schoumoune.
    Mega salade de riz, thon, oignons, tomate, œuf dur pour se remettre à l’endroit.

    Dimanche 30 Juin:
    Séance montage de bon matin à 7h pour refaire les stocks de Dun de PMD avec du CDC blanc et dun acheté chez trout hunter la veille.
    Spot du piton à 9h, on ne s’en lasse pas.

    Les poissons sont déjà en activité sur le premier pool. Romain s’y colle en 1er mais mal réveillé emmêle sa pointe. Il me laisse la place pour quelques posés. Mon Dun monté ce matin se fait engloutir au 3ème passage. Bon ferrage dans le tempo et rush. C’est du lourd. Je dévale avec la truite pour l’éloigner du tas de branche au fond qui nous a valu déjà plusieurs casses et combat plus en sécurité. Bonne surprise, c’est une magnifique Fario de la Missouri, un véritable lingot d’or, longue et épaisse. Bon début de journée sur la MO.

    Louis enchaîne derrière en remontant la rive sur une grosse arc bonite de la MO. Genial.

    Il en décroche une autre du même calibre en suivant. Romzy est un peu plus en schoumoune ce matin. Les bons spots plus hauts sont occupés par les vieux en statique. Mais il reste la place pour quelques 20 inch pour les frenchies.

    Encore une belle matinée sur une éclosion non stop de PMD mêlée à une retombée de spent. La rivière est couverte d’insecte.
    Retour au van vers 14h apres avoir croisé le rattle snake et une dernière bonite pour Louis au pied du Van.
    Après midi repos au camp, et montage de Rusty Spinner pour ce soir .
    Coup du soir sur le lisse à l’entrée du bras de wooden bridge, là où j’avais tapé une grosse fario il y a 4 ans lors de notre dernier trip avec Romzy.
    Le vent ne tombe pas et la surface de l’eau est agitée, mais quelques têtes émergent de temps en temps dans la veine de séparation des 2 courants. Louis pêche l’eau dans cette zone et pique une magnifique fario, puis une arc.

    Le vent tombe enfin et le glide redevient un glide. Et les head and tails soucoupes se multiplient. Quel spectacle dans la lumière rasante du soir tombant.

    A mon tour j’ai la chance de ferrer une grosse fario de la MO. 2 eme Brown trophée de la Mo pour moi aujourd’hui.

    Romzy reste fidèle aux grosses arcs et enchaîne quelques poissons magnifiques tout en restant un peu schoumoune comme ce matin.

    La folie sera un peu plus brève que la veille à cause du vent tombé beaucoup plus tard.
    Retour à Craig pour une paire de Bud et pizza au bar de la fire dance, ambiance country. Un pêcheur américain du bar partage sa pizza avec nous et on échanges quelques histoires de pêcheurs. Trop cool.

    Lundi 1er Juillet
    Le vent monte de plus en plus tôt à cause de l’effet thermique qui s’intensifie avec la chaleur. 29C prévu aujourd’hui.
    La berge du piton est impechable avec le vent dans le nez, malgré la présence de quelques gros gulpers.
    On monte plus vite à la sortie du bras au rattlesnake. C’est un peu plus jouable avec des poissons attaquables latéralement.
    Je parviens à passer mon Dun correctement sur un beau head & Tail sur le seam au large de l’île. Bingo, ça monte. Et Bingo, c’est une belle Brown, qui s’échappera du filet avant la photo. Louis s’y colle derrière et fait monter aussi un beau poisson mais qu’il casse en combat. C’est le début de sa matinée schoumoune qui a changé de tête pour aujourd’hui.
    Romzy passe en amont par la voie ferrée pour pêcher le haut du bras qui est libre.
    Quand à moi j’ai décidé de m’attaquer aujourd’hui à des coups compliqués, comme les truites du castor qui gobinent dans le film des micro mouches dans 10cm d’eau sur un glide redoutable. Je pêche en revers pour retarder le dragage et passe en rusty spinner sur 18. J’insiste et la récompense est au bout. Prise au ralenti, tout en délicatesse, ferrage. J’adore la sensation d’un ferrage d’un gros poissons dans ces configurations avec très peu d’eau, où tout explose avant un rush du fish vers une veine plus profonde et salvatrice. Mais c’est gagné. Petite photo de ce poisson challenging.

    Romain m’appelle pour nous dire qu’il cartonne en haut sur Le Bras. On le rejoint, mais je m’arrête en chemin attiré par un bon gros head and tail en bordure d’un ancien refuge de castor. C’est encore un coup compliqué, sur un glide, à attaquer d’un peu loin car une fosse me sépare de la zone. Je suis obligé de monter un spent un peu plus gros pour avoir une chance de le voir. Et à nouveau la chance me sourit. Mon rusty est englouti par la truite convoitée, mais que je perd rapidement en aval lors du combat.
    Romain continue son festival en amont

    alors que Louis est toujours en phase schoumoune, il décroche et casse encore 2 fois.
    Romain pique sa 1er Fario de la Mo du trip, un poisson fou, jump, rush sur la queue et fini par la perdre. Dommage.
    Louis capitule. C’est l’heure du break. On redescend vers le van. En chemin je m’arrête sur un glide somptueux, 10 cm d’eau, avec 5 ou 6 grosses arcs qui seepent dans la pellicule des micros merdouilles, en battant la surface à chaque prise avec leur caudale pelle à tarte, tout ça à quelques mètres du bord, dans les pieds. Un Américain très con (un des rare croisé qui ne nous dira jamais bonjour avec une vrai bonne tête de connard) s’est cassé les dents toute la matinée sur ce glide, passant toute sa boîte de mouche sans jamais trouver la solution. Il vient de capituler après avoir écumé la rivière avec sa petite epuisette pour essayer de comprendre sur quoi elles montent. Il vient de remonter sur la berge et je prends la place bien décidé relever le challenge. J’analyse la situation et n’hésite pas longtemps. Ma seule chance est de descendre en taille de pointe et en taille de mouche. Je monte une longue pointe en 6X et trouve dans ma boîte une émergente de PMD size 18 (l’équivalent d’une ORL, mais en PMD). Je pose très amont, détendu pour assurer une bonne dérive, émergente en premier, vers les H and T. Je repère mon émergente sur la surface parfaitement lisse qui apparaît comme un minuscule point clair.
    Et la vision espérée se matérialise. Mon émergente est interceptée dans un mouvement fluide, la pelle à tarte flappe la surface, ferrage, démarrage dans une explosion de la surface du glide. C’est une magnifique arc bonite que je combat en douceur sur ma pointe 6X.

    Romain vient de me rejoindre. Le vent forci. On rentre au van sur cette dernière belle action.
    Retour au camp, baignade ds la Mo et sieste.
    Coup du soir comme hier mais en se garant à la falaise Piccin. Le vent est tombé, le glide de l’entrée du bras est magnifique avec déjà de beaux head and tail. C’est parti sur les rusty spinner. On enchaine les arcs,

    puis Romain ferre sa 2eme fario de la journée, qui ne prendra pas la pose. Il n’est pas en veine avec les farios de la Mo.
    Mais plus pour longtemps. Quelques minutes plus tard Romain touche enfin le graal de la Mo, une grosse fario, un mâle, piquée dans le seam de la pointe de l’île.
    Romain, toujours en quête de bons coûts s’était discrètement positionné en aval de cette pocket water. L’énorme Teuté sombre perçant régulièrement la surface dans le seam ne laissait que peu de doute sur la nature du fish, et quand ce bec engloutit son rusty spinner, Romain sait ce qu’il vient de piquer. Mais il ne dira rien de tout le combat, concentré, l’adrénaline au taquet, le trouillometre à zéro de perdre sa 1er fario trophée de la Mo du séjour. Il ne laisse exploser sa joie qu’en fois son bécard bien en sécurité dans sa raquette (qui est un peu petite) et nous appelle enfin. Quel fish !

    Contrat rempli, on a tous touché une fario trophée de la Mo.
    Le festival continue sur la veine aval le long de l’île avec des ferrages au jugé sur rusty spinner et des combats de malades sur des arcs trapues et surpuissantes, accompagnés par un gros castor dérangé par notre manège. Quel coup du soir encore une fois.

    Mardi 2 Juillet
    Mauvais temps le matin. On part en repérage sur l’amont sous Holster Dam. Des gobages sur le bas d’un bras mais on se fait caler par un américain en nymphe qui redescend Le Bras. On se repli sur une anse un peu en aval du Wolf Creek bridge. Quelques gulpers sont en activité. Je tape 2 belles arcs et Romain 1.

    Le vent se lève dejà. Le Bras du piton rocheux sera encore une fois la bonne option.

    Grosse session encore, avec de très belles actions, Louis sur la zone profonde de l’arbre ferre une grosse arc au feeling sans voir son Rusty. Festival de Romzy et Louis sur la partie amont du bras.

    Je tape quelques fish sur le pool amont en face de l’accumulation de bois. Je rejoins Romzy et Louis en amont et repère un beau head and tail colérique à la berge de la voie ferrée. Je traverse et m’approche pour l’attaquer en revers ds le vent. Elle finie par monter sur mon spent mais je la rate au ferrage. Par contre j’ai bien vu que c’est une grosse fario. Je la laisse se remettre en place et m’y recolle. Cette fois je ne rate pas le ferrage. Je dévale avec elle et Romzy assure à la raquette. C’est effectivement une magnifique fario bécard de la Mo à la robe incroyable. Petite seance photo tronquée.

    On redescend en s’arrêtant sur le scool des arcs en amont du pool du castor. Romzy et Louis tapent tous les deux.

    Le vent souffle en tempête. Il est temps de faire un break. On en profite pour aller faire le plein à Wolf Creek, quelques course pour finir le trip et un bon burger au resto grill. Encore une rencontre improbable avec des gars du coin, éleveurs d’abeille pour fabriquer un alcool de miel, un pêcheur de cuttle fish, un poisson préhistorique de la Missouri qui se pêche au raccroc, et collectionneur de queue de rattle snakes.
    Un orage passe, on s’arrête sous le Wolf creek bridge au retour vers Craig. Des gobages et H and T partout juste devant la mise à l’eau du bridge. On ne peut laisser passer ça. On ferra le coup du soir ici avec encore de belles actions sur les Duns de PMD. Romzy et Louis touchent tous les deux, dont une belle Fario pour Romzy. Plus schoumoune pour moi avec 3 poissons ratés au ferrage donc une grosse fario identifiée lors du H and T, et casse pour finir sur un rush mal négocié. Il est temps d’aller dormir. Dernière nuit au camp de Craig.

    Mercredi 3 Juillet:
    Réveil à 7h, temps couvert. On plie le camp pour partir sur la Blackfoot dernière étape de notre trip à la recherche de la WestSlope Cutthroat Trout sur la North Fork de la Blackfoot. On salue notre pote Pete du Colorado qui nous indique la route et un fishing access de la North Fork. 1h30 de route depuis Craig à travers les plus beaux paysages du Montana. Route fabuleuse (434) depuis Wolf Creek pour rejoindre la 200 qui longe la Blackfoot river après le passage de Rodger Pass qui marque la séparation des eaux Est/Ouest du continent. Les rivières après cette démarcation coulent vers la côte pacifique, traversée de Lincoln et les plus beaux paysages du Montana. On doit ensuite remonter vers Cooper lake pour trouver un public access à la North Fork de la Blackfoot qui est notre objectif pour cette dernière journée de pêche avec la quête de la WestSlope native Cutthroat trout.
    On se trompe de piste et tombons sur l’entrée d’un ranch privé au bord de la North Fork. Demi tour, et demande de renseignements à un papi gueule sympa qui se prélasse avec sa femme sur la terrasse de leur petit cottage en bois. On lui raconte ce que l’on fait là et coup de chance incroyable il nous propose de le suivre à travers la propriété privée du ranch pour aller rencontrer les propriétaires qui sont ses cousins. Et nous voilà parti à travers la propriété, passage de gates, des biches partout, la NorthFork à gauche et l’immensité des plaines du Montana bordées par la chaîne des rocheuses à droite. Fantastique ! On arrive sur le Ranch, incroyable propriété tout en bois. La propriétaire arrive et nous propose de pêcher sur leur terres. Non seulement on est sur la North Fork de la Blackfoot river, mais n plus on va pêcher une portion privée, c’est le top.
    Il est 11h00, On s’équipe et on descend sur la rivière.

    C’est magnifique, mais c’est encore très tôt dans la saison, l’eau est claire mais encore très froide. Pas d’insectes sur l’eau et pas d’activité en surface.

    On pêche l’eau et les bords des veines avec un Stim. Romain pique la première cutt, une petite, mais c’est une cutt. L’orage gronde et on décide de faire un break sandwiches et sieste au van. Bonne option, la rincée nous passe dessus alors que l’on est bien à l’abris ds le van sur le ranch. Quand émerge de notre sieste le ciel est bleu et la température grimpe. On descend direct sur les 2 magnifiques pools repérés ce matin en aval.

    Bonne option, les premiers insectes descendent la rivière et tout ce mets immédiatement en place. On pique les premières cutts et white fish sur une petite nymphe (nymphe de Max de Henry’s Fork Anglers) en dropper derrière un gros Stim. Redoutable d’efficacité. A chaque passage dans la veine centrale du pool c’est un white fish ou une cutt.

    Louis dans la hot zone en tête de pool est resté en sèche uniquement et fait monter sa 1er Cutt trophée. Elle traverse la rivière sur le rush, plante un gros jump sur la rive opposée et se décroche. Chit, c’était une grosse cutt, pas loin des 50. Grosse déception de Luingin, mais belle action.
    J’enchaîne les white fish et petites cutts sur la nymphe lorsque sur une coulée de mon Stim, je prend contact et semble accroché au fond. Rien ne bouge. Je remonte en amont pour tenter de me libérer fil tendu, quand le supposé rocher au fond auquel je pense être tanqué commence à se déplacer avec de lourd coup de tête. Je suis en fait attelé à un léviathan qui n’a pas réalisé ce qui lui arrivait. Je mets la pression et commence à me faire ballader sur le fond tout en lenteur comme attelé à un camion, sans grand espoir pour ma pointe de 5X. Je n’est jamais ressenti une telle sensation sur ma canne à mouche. La pression lâche tout d’un coup, cassé? Non decroché, sans avoir jamais pu entrevoir à quoi j’étais attelé. Après réflexion il est fort probable que j’étais attelé une très grosses bull trout, piquée par erreur lors de la dérive de la nymphe ou qui a engamé une petite cutt ferrée auparavant. Ce genre d’action arrive sur cette rivière ou de très grosses bull trouts jusqu’à 10lbs chassent les cutts ferrées par les pêcheurs. J’aurais bien aimé au moins apercevoir la bête.
    Romain est passé sur la rive opposée et peigne le bord de la veine centrale en tête de pool.

    Une véritable mine. Il enchaine les grosses cutts en nymphe dont ce magnifique fish de Quelle merveille de cutt

    On passe sur le 2eme pool en amont. Louis ferre une belle cutt sur Dun de PMD CdC. Genial. Il tient sa belle Cutt, c’est le grand chlem

    La rivière commence à ce teinter probablement à cause d’un orage en montagne. Il est bientôt temps de quitter ce petit paradis. Quelques dernières dérives dans une belle zone, et montée d’une grosse cutt sur mon stim. Ratée, mais pas piquée. Je refais quelques passages et insiste. Elle remonte au ralentie et engloutit mon Stim. Cette fois je ne lui laisse aucune chance. Elle bascule et ferrage appuyé. C’est la dernière belle cutt de la session. Quel bonheur.

    On rentre au ranch en profitant de ces derniers instants dans ce coin paradisiaque.

    On laisse un rapport et une lettre sur la porte du ranch et du papi à l’entrée de la property pour les remercier et garder le contact, si possible.

    Il est 20h, on quitte ces lieux sublimes pour trouver un dernier camp site au bord de l’eau. Arrêt à Ovendo, hameau improbable, toujours pas de réseau tel et 3G, tous connectés sur la place du hameau sur le WiFi du flyshop, une station service, 1 bar , 1 fly shop et 1 petite prison en bois transformée en gîte d’étape pour les cyclistes traversant les USA. On rencontre Arthur, jeune Français entrain de faire le tour du monde avec son VTT en bambou. On se raconte nos histoires respectives et échangeons les comptes insta avant de se séparer. On rejoint le campsite à quelques miles sur les bords de la North Fork juste en amont de sa jonction avec la Blackfoot. Spaghettis préparées par Louis et grand feu de camp pour notre dernière nuit dans la Van.

    Jeudi 4 juillet, Independence Day aux USA.
    Dernier petit dej au bord de l’eau,

    Rangement du Van et départ pour Bozeman par la piste rejoignant l’inter state 95 via Butte. Picnic sur la Gallatin à Bozeman en arrivant et repos à l’hôtel avant de passer la soirée à Linvingston sur la Yellowstone et d’essayer d’assister au plus grand rodéo du Montana, essayer car n’ayant rien anticipé nous avons très peu de chance d’avoir des places.
    Je prolonge la location du Van de 1 jour pour pouvoir nous déplacer ce soir. Dernier Picnic à côté de la Gallatin en arrivant à Bozeman, repos au Quality Inn de Belgrade et direction Livingston sur les bords de la Yellowstone à 30 miles de Bozeman. On arrive sur le lieu du Livingston Roundup vers lequel converge une foule de Cowboys, cowgirls et autres Rangers. Mais comme redouté un grand panneau ‘Sold Up’ clignote. Plus de place, shit. On tente le coup de se planter devant l’entrée en espérant trouver des tickets à vendre. Coup de bol, à peine en poste, un grand cow-boy lève les bras, signe qu’il a des billets à fourguer. On l’interpelle, mais il en a que 2. Trop con. Son collègue arrive et a en fait 3 places en trop! Yesss c’est gagné, on va assister au plus grand rodéo du Montana. C’est énorme.

    On rentre dans le stade, un hélicoptère tirant un immense drapeau américain bous survole alors que l’hymne Américain raisonne.

    Et le spectacle commence, horse rodéo, bull riding, course aux barrels, compétition vachettes au lasso, etc.

    Clôturé par un feu d’artifice dans le big sky. Énorme! On fini la soirée dans le meilleur grill house de Livingston pour avaler un sublime pavé d’Angus beef grillé et baked potatoes (la meme steak house où nous avions fini notre voyage avec Émile 7 ans auparavant. Romzy et Louis se font gentiment ‘Cougariser’. Retour sur Bozeman.

    Vendredi 5 Juillet:
    On plie les gaules après une dernière nuit au QualityInn de Belgrade, dernier American breakfast, drop off du Van (1280 miles parcourus), et dépose en voiture Uber, énorme pick up rouge, à l’aéroport de Bozeman pour le départ. This is the end. Retour en classe affaire, royal et très apprécié sur le vol de nuit entre Minneapolis et Paris.

    En résumé, encore un fantastic Flyfishing trip dans les rocheuses, le premier tous les 3 ensembles avec Romzy et Luingin, et un nombre jamais atteint de gros poissons. Des nouvelles rivières à notre palmarès comme la Lower Henry’s Fork vers Ashton au pic de l’éclosion de Green Drakes faisant monter les énormes Fario. La North Fork de la Blackfoot au cœur du Montana sauvage et ses magnifiques WestSlope Cutthroat trouts. Une Missouri extraordinaire, encore fraîche, niveau d’eau optimum pour le wading à 5000 cft/s, en début des hatches des PMDs et retombées de spent non stop toute la journée offrant le must du dryfly fishing de 8h du matin à 22h sur des gros poissons moins difficiles que plus tard dans l’été, principalement des Arcs sauvages mais aussi quelques sublimes joyaux de Farios. Et bien sur la Firehole et la Madison sur le Park encore fraîches et donc excellentes sur du plus petit poisson.
    En contre partie la upper HF à Osborne et la Madison sous Hegben auraient mérité quelques degrés de plus (l’amont de earthquake semble être redevenu très bon avec la réparation du barrage de Hegben). Trop tôt pour le Nord du Park pour la slough et la Lamar encore en eau de neige, et bien sûr pour la Yellowstone en aval du lac sur le Park et ses énormes cutts mais qui n’ouvre que le 15 Juillet. Un peu tôt aussi pour les gulpers d’Hegben lake sur la Madison. Et on n’aura pas fait la Beaverhead, la Big Hole ou la West Fork Bitteroot (belles Cutts) dans le sud Ouest, ni la Big Horn dans l’Est….
    Des histoires, des actions de pêche incroyables comme le combat improbable avec ce sous marin jamais vu de la North Fork Blackfoot, très certainement une de ces énorme bull trout qui hantent ces eaux, ces farios trophées de la Lower HF et de la Missouri, mais aussi des périodes chkoumounes à tour de rôle enchaînant les décroches ou les casses sur des gros fish qui vous plombent le moral.
    Et toujours des contacts et rencontres mémorables avec les locaux et pêcheurs Americains les jeunes Guides Max et John de HF Anglers à last Chance, Pete du Colorado à Craig ou encore les propriétaires du ranch sur la NF de la Blackfoot pour ne citer que ceux là.
    We will be back car nous sommes hantés par ces eaux.

    [Total : 1    Moyenne : 5/5]
  • One thought on “Flyfishing Trip Montana 2019”

    Laisser un commentaire