NICO & co … pêcheurs du Monde …

… gone fishing …

Flyfishing trip Islande 2013

62_cm_on_foam_hopper_for_Romain.JPG

Pose sur le Montana cette année pour aller explorer quelques rivières d’Islande à la recherche des truites trophées de la Laxa I Adaldal dans le Nord de l’île. 2 rivières au programme donc. La Fremri Asum au Nord Ouest, en guise d’apéritif (beaucoup de poissons, pas des monstres, festival en sèche et streamer) et la fameuse Laxa I Adaldal en amont des parcours à saumons, avec ses difficiles mais phénoménales brown trouts trophée.

9 Juillet:
Nos premiers pas en Islande se feront dans les rues de Reykjavik, notre première étape d’une nuit. Ville très sympa et pleine de couleurs. A ne pas rater les brochettes de poisson frais grillé (Hallibut, Cod, Spoted Cat fish, ..) au Sea Baron sur le vieux port.

10 Juillet:Départ le lendemain matin, au volant de notre superbe toyota Land cruiser (4×4 indispensable en Islande pour accéder aux coins de pêche et remonter les rivières – peu de routes, beaucoup de pistes – Les locations de voiture sont très chères, et il est guère plus onéreux de louer un land cruiser plutôt qu’une clioI), pour notre première rivière, la Fremri Asum, dans le nord Ouest de l’ile à coté de la petite ville de Blonduos. Plusieurs kilomètres de rivière et un lodge (cabane améliorée, tout confort) pour nous, nichés dans une vallée de rêve, sauvage, paradis des oiseaux migrateurs, canard, courlis et autres bécassines.

Notre lodge – cabane et la rivière en bas, 8 km de parcours pour nous tout seul :

IMGP3591-001.JPG

IMGP3592-001.JPG

On_Fremri_Asum.JPG

IMGP3567-001.JPG

DSCN0763-001.JPG

DSCN0760-001.JPG

La pêche est facile, avec une densité de truites fario assez phénoménale, d’une taille moyenne de 35 / 38 cm avec quelques beaux poissons jusqu’à 48/50 cm. Pas de monstres donc mais des poissons agressifs sur les streamers dans les courants et de superbes sessions en sèches (CdC noir, griffith gnat) sur les lisses. Un régal ave des séries de 15 à 20 poissons lors des éclosions de midges au plus chaud de la journée.

Nice_brownie_from_Fremri_Asum_being_released.JPG

DSCN0749-001.JPG

DSCN0776-001.JPG

DSCN0751-001.JPG

Une pêche ludique, donc, variée, dans des paysages de rêve, sans concurrence (parcours réservé pour nous), sans contrainte horaire (partie de pêche jusqu’à minuit à la faveur de l’absence de nuit à ces latitudes en été), avec quelques faits d’armes remarquables comme ce magnifique saumon de 68 cm ferré par Romain en pêchant au streamer sur son Orvis soie de 5, pointe en 4x.

68_cm_Salmon_from_Fremri_Asum_for_Romain__5_weight_rod_and_streamer_.JPG

DSCN0752-001.JPG

Et quelques belles brownies bien maillées :

good_brown_from_Fremri_Asum.JPG

48_cm_brown_from_Fremri_Asum.JPG

Nice_brown_from_Fremri_Asum.JPG

DSCN0786-001.JPG
14 Juillet:

Départ àprès une session matinale vers notre 3ème étape, la petite ville d’Akuyéri au Nord de l’ile pour passer la nuit avant d’attaquer notre 2ème session de pêche sur les parcours amont de la mythique Laxa I Adaldal situés entre le lac Myvatn (signifiant « midges » en Anglais …) et les fameux beats à Saumons en aval.

15 Juillet:

En route vers la Laxa I Adaldal, en passant par les majestueuses Godafolls.

DSCN0831.JPG

Petite halte au bord de la Laxa avant d’arriver au loge, histoire de prendre la température et de percevoir la dimension des lieux … La rivière est grandiose, large puissante, coulant au milieu d’une vallée volcanique, perdue, loin de tout, pas de réseau téléphonique, immersion totale, 100% nature.

IMGP3603-001.JPG

IMGP3617-001.JPG

IMGP3604-001.JPG

DSCN0843-001.JPG

DSCN0840-001.JPG

Nous sommes accueillis à notre arrivée au lodge par une équipe partante, menée par Alex Jardine et son père le pêcheur renommé Charles Jardine. Briefing rapide sur les conditions du moment. Comme prévu la pêche de ces farios trophées de la Laxa s’annonce « challenging » but « rewarding ». Charles et Alex Jardine nous laissent quelques exemplaires des mouches du moment dont la fameuse « foam hopper » ou « mastress hopper » qui s’avérera effectivement être l’arme fatale pour ce séjour sur ces leviathans aux dimensions impressionnantes.
La pêche est organisée et gérée par le guide Finlandais en chef, Bjarni. Les parcours sont divisés en une dizaine de beats de plusieurs km chacun, limités à 2 cannes. Les beats sont répartis entre les pêcheurs avec des rotations à chaque session. La journée est divisée en 2 sessions de 8h à 14h00 puis de 16h00 à 22h00. Nous ne pêcherons jamais le même parcours lors de nos 6 sessions de pêche, découvrant à chaque fois une nouvelle portion de la rivière réservée pour nous. Ca peut paraitre déstabilisant surtout que nous avons pris l’option de ne pas prendre de guide pour notre séjour et de découvrir par nous même. La rivière est immense et pas aussi facile à lire que nos rivières classiques. Où pecher ? Où se tiennent ces monstres ? Les guides Finlandais seront en fait très ouverts, nous montrant avant chaque session, sur la carte de la rivière, les bonnes zones et pools à prospecter. Les discussions animées avec les autres pêcheurs, tous guidés, ainsi que notre 1er matinée guidée nous permettrons de vite nous ajuster aux lieux et aux techniques à mettre en oeuvre, rendant notre prospection et réussite d’autant plus passionante et valorisante.

IMGP3636.JPG

Nous attaquons notre première session à 16h00 sur le beat en aval du lodge rive droite. Notre préference pour les grands lisses nous attire irresistiblement vers un magnifique plat situé en amont d’une accélération. Dans notre empressement à découvrir cette rivière nous manquons de caler 2 ou 3 truites en poste et gobant sur la fin de ce glide. marche arrière toute en rampant pour se soustraire à leur vue. Romain attaque le premier gobage prometteur. Et il ouvre le bal en faisant monter notre première truite trophée de la Laxa sur une F-Fly en CdC noir, n°14. La truite l’embarque dans le rapide aval mais il parvient à maitriser ce magnifique poisson. Sa pointe en 3X n’est pas de trop pour brider ses rush puissants. C’est une splendide brown de 57/58 cm, idéalement conformée, puissante et lourde. Une beautée.

57_cm_from_Laxa_I_Aderdal_for_Romain_on_F-Fly_CdC__rising_fish_.JPG

57_cm_from_Laxa_I_Aderdal_for_Romain_on_F-Fly_CdC__2_.JPG

Heureux le Romzy,

IMGP3609-001.JPG

La suite de l’après midi après ce départ fracassant ne sera pas aussi facile. Confortés par ce premier poisson sur gobage, nous insistons afin de repérer d’autres gobeuses sur des configurations équivalentes. Erreur. L’éclosion de midges/moucherons a cessé et seuls quelques petits poissons ont gardé le nez en l’air. Grand fou rire, nerveux, quand après 30 min à batailler sur un discret mais prometteur gobage, dans une veine d’eau diabolique collée à la rive, je parviens enfin à faire monter ce fish, et constate rapidement que la bête de 60 cm n’est en fait qu’une sardine de 30.
Le conseil des sages du soir au lodge nous permettra de tirer les bonnes conclusions de cette première prise de contact avec cette rivière, et en particulier de passer en mode prospection (pecher l’eau) avec une imitation d’insecte terrestre (hopper ou beattle) dès que les dérives de midges se calment.

16 Juillet:
Hery’s Fork syndroma:
Ce matin nous sommes sur le beat en face du lodge composé d’une section très lente (appélée le lac) et d’une portion plus classique et rapide en aval du pont. Nous sommes accompagnés de Baldvin guide Islandais de son état. Et nous allons prendre une belle leçon d’humilité, du niveau de ce que l’on peut vivre sur les grosses arcs de la Henry’s Fork, et même pire, car au moins sur la HF nous avions réussi à leurrer quelques belles. 2 heures passées à tour de rôle avec Romain sur un gros, très gros poisson gobant régulièrement au milieu du ‘lac’ sans parvenir à la faire monter. Toutes nos mouches y sont passées sans succés. Hallucinant, épuisant, mais spectacle fantastique de ces head and tail somptueux sur une surface glacie animée d’un lent courant. La solution aurait probablement été de descendre en taille de bas de ligne afin de pouvoir présenter dignement une petite merdouille de midge en taille 20. Histoire de la faire monter et de la piquer. Ensuite …
Après ce cuisant échec, nous descendons sur la partie plus conventionnelle de la rivière en aval du pont du lodge, rive gauche. Baldvin nous amène directement sur des zones propices. La connaissance de la rivère des guides locaux est indéniablement un avantage précieux, ces gros poissons solitaires occupant des postes bien précis, répartis sur des kilomètres de rivière.
Le premier spot est occupé. Une fario trophée de la Laxa est en train de gobiner des midges en limite du courant principal dans le seam formé par cette anse. Je lui présente un klinkhamer noir parachute blanc, bien visible dans cette nervous water. Au 2eme passage, une imposante tête noire perce la surface et aspire ma mouche. La truite bascule, ferrage. Enorme bouillon, rush, demi tour. Je rentre la soie sur le moulinet, au même moment la truite déclenche un saut impressionant. Erreur de débutant, j’ai toujours la main sur la manivelle. Sanction sans appel. Ma pointe en 4X explose. It was a good fish … me dit Baldvin un petit sourire en coin. Une vraie grosse de la Laxa, 60+. Deuxieme leçon de la matinée.
La suite de la session se termine sur un enchainement de poissons plus modestes dans une anse en amont, mais pas de fish trophée.

Retour au lodge pour un break indispensable après cette matinée qui nous laisse dans un état de frustration difficlement suportable … Et ça ne fait que commencer.
Reprise des hostilité à 16h00 sur le beat en amont de ce matin, même rive. Très belle configuration, succession de anses propices. Il fait un peu froid et il n’y a plus de midge sur l’eau. On décide de sortir les foam hopper ou mastress hopper, montage très simple constituée d’une petite bande mousse noire ligaturée sur la hampe 1/4 – 3/4 pour former une tête et un corps détaché. Un hackle roux tournés au même endroit et le tour est joué.

Photo d’une foam hopper spécial Laxa

L’action est ensuite assez simple. Prospecter toutes les zones propices, méticuleusement, bien insister sur les seams en bordure des courants principaux, les V formés par les gros blocs immergés, etc, et rester concentré, extremement concentré. Les nerfs sont soumis à rude épreuve. Ca peut monter à tout moment. Et quelle montées ! Vision d’un énorme bec sombre perçant la surface et aspirant délicatement la sauterelle dans un head and tail d’antologie, ou la prise plein travers en se retournant dans un deplacement d’eau impressionant. Sans parler des présentations sur un poisson repéré par un gobage discret. Palpitant dans le rouge et montée d’adrédaline assurée.

Romain va vivre cette scène à 5 reprises dans l’après mdi. Sans parvenir à amener un de ces léviathans dans la raquette. Ferrage anticipé sortant la sauterelle de la gueule de la truite avant la bascule (grand classique, déjà vécu sur les salmon flies de la Madison – Montana), décrochage lors du rush, picotage, … épuisé le Romain. Mais motivé pour le lendemain …

Pour ma part un peu moins d’opportunités. Trois en tout. La première ratée au ferrage, lamentablement anticipé. La deuxieme paraitement ferrée après la bascule, mais lamentablement cassée après un slalom de la truite entre les blocs de lave aux contours ascérés comme des lames qui parsèment le fond de la rivière. La pointe en 3X (8 lbs) ne suffira pas. La troixième action sera la bonne. En fait c’est le fish qui décide. Prétendre que l’on maitrise le combat avec des truites de cette taille, de cette puissance dans une rivière aussi puissante et dont le lit est constitué de blocs de laves abrasifs serait un peu présomptieux … Celle là aura l’indulgence et la bienveillance de ne pas aller se frotter au fond de la rivière, de ne pas traverser le lit puissant et dévaler le courant. Un combat lourd, dans le pool, une succéssion de sauts et c’est enfin la récompense. Un magnifique poisson de 59 cm qui accepte enfin de se faire tirer le portrait. Ouverture de mon compteur sur les léviathans de la Laxa. Je relache la pression et profite pleinement du moment.

59_cm_Male_on_foam_hopper.JPG

DSCN0853-001.JPG

Cette première journée pleine sur la Laxa se termine bien, mais les casses et occasions ratées ont décuplé notre motivation et envie d’en découdre avec ces monstres dès le lendemain.

17 Juillet: Journée d’antologie

C’est donc remonté comme des pendules après une nuit réparatrice et un solide breakfast que nous attaquons notre 2eme journée sur la Laxa. Nous sommes rive droite ce matin, en amont du Lodge. Même technique que la veille en l’absence d’activité sur les midges.
La première anse est la bonne. . Un gobage discret a trahi sa présence. Je pêche avec une foam hopper suivi d’une petite nymphe chironome. Pas le temps de retirer la nymphe. Au premier passage, la truite monte sur la sauterelle. Je ferre, mais le poisson est piqué sur la nymphe ? Que c’est-il passé ? Ferrage anticipé et raccroc derrière avec la nymphe ? Elle avait déjà pris la nymphe et le déplcement d’eau m’a fait penser à une montée sur la sauterelle ? Gros coup de chance Difficile à dire. Je parviens à maitriser cette magnifique femelle de 57/58 cm . Ca commence bien. Il faut aussi parfois accepter d’avoir un peu de chance à ce jeu.

57_cm_Female_on_foam_hopper.JPG

DSCN0864-001.JPG

DSCN0868-001.JPG

Rom fait monter un autre poisson sur le même pool, un peu plus en amont. Ratée au ferrage. Mais il se venge un peu plus haut sur une surprenante truite de 50 cm, très claire, incroyablement épaisse, presque aussi large que longue. A priori un poisson qui n’aurait pas frayé cette année (particularité des truites de la Laxa qui ne fraieraient pas tous les ans).

DSCN0873-001.JPG

DSCN0871-001.JPG

DSCN0875-001.JPG

DSCN0876-001.JPG

J’enchaine avec un mâle de 58 cm à l’oeil féroce qui me gratifiera d’un rush surpuissant, mise sur le backing, course périlleuse dans les cailloux pour le suivre.
58_cm_Male_on_foam_hopper.JPG

DSCN0878-001.JPG

Cette matinée s’achève par la perte d’une troisième truite, décrochée en combat après un passage dans les algues et sous un rocher.

On change de rive l’après midi, sur un beat du haut, très sauvage, encaissé, configuration parfaite pour la prospection. Cette session va s’avérer grandiose, intense, avec des poissons fous, énormes, des records en sèche battus pour tous les deux.
Toujours en mode prospection avec une foam hopper.
Première veine d’eau et bingo. Une énorme tête sombre vient d’engloutir ma mouche au ralenti. Ferrage à la bascule et combat d’antologie sur cette magnique truite, très sombre de 60 cm.

60_cm_on_foam_hopper__2_.JPG

RSCN0958-001.JPG

Romain quelques mètres en aval n’est pas en reste. Il a répéré un poisson en activité. Elle ne resiste pas à sa mastress hopper. Bizarrement la truite se rend sans se bagarrer. C’est un Poisson très long, de 62 cm, mais incroyblement maigre. En fin de vie.

DSCN0899-001.JPG.

Mon coup suivant est somptieux, vaste pool en nervous water bordé par le courant principal. Après quelques dérives, la vision tant attendue se matérialise. La truite prend de coté en se retournant. J’anticipe trop le ferrage et lui sort la sauterelle de la gueule sans toucher les bords .. Je relance aussitôt. La truite remonte, toujours aussi délicatement en sortant pratiquement entièrement la tête. Hallucinant. C’est un poisson énorme. Je ferre encore dans le vide, sans la piquer. Incroyable. J’ai le palpitant dans le rouge. Je recommence plusieurs dérives dans la veine d’eau, mais sans succés. Je suis dégouté. J’ai callé ce monstre après avoir lamentablement raté deux ferrages.

Pendant ce temps à quelques mètres en amont, Romain ,enchaine avec sa truite record en sèche. Un maginifique male de 62 cm qui se rendra après un magnifique combat et une mise à l’épuisette un peu sportive dans le courant. Ma raquette du Montana 1999, déjà réparée, n’y resistera pas. Elle explose sous la pression du poisson et du courant.
62_cm_on_foam_hopper_for_Romain__2_.JPG

62_cm_on_foam_hopper_for_Romain.JPG

DSCN0900-001.JPG

DSCN0906-001.JPG

Cet intermède à duré 10 – 15 min. Je retourne en aval sur mon pool précédant, sans grand espoir. La truite remonte. Cette troisième tentative est la bonne. Le ferrage est assuré à la bascule. Le rush est terrible, incontrolable. je ressent très rapidement les vibrations de la ligne qui passe dans les rochers. Sanction immédiate. Casse, au niveau de la tresse !! Décidement, ce poisson n’était pas pour moi.

Je change ma tresse et me remets en pêche. Nouvelle montée. C’est encore du très gros. Cette fois tout ce passe bien, le poisson enchaine les sauts et se fatigue dans le pool. Je garde la canne très haute, et maitrise tant bien que mal la situation. Romain vient à ma rescousse pour mettre la truite dans sa raquette. C’est gagné. Un superbe male de 63 cm. Mon record en sèche

63_cm_male_on_foam_hopper.JPG

DSCN0914-001.JPG

63_cm__4_.JPG

63_cm__3_.JPG

63_cm__2_.JPG

Je casserai encore un poisson qui me gratifiera d’un rush plein travers dans la partie la plus puissante de la rivière, puis passage sous les rochers. Encore un grander de la Laxa – La 70 cm ?

17 Juillet:
Last morning
C’est déjà la fin de notre séjour sur la Laxa. Une dernière session ce matin pour cloturer ces quelques jours de rêve.
La température a monté et devrait même atteindre les 20°C en fin de matinée. Aurons nous une belle éclosion de midges pour finir ?
Nous sommes sur la rive gauche à peut prêt en face du beat d’hier après midi. La configuration est moins belle que la rive opposée. Romain repère depuis la falaise un énorme poisson entrain de gober derrière un caillou. Le spectacle est grandiose. Par contre un vent terrible de face s’est levé, lui rendant la tache très compliquée. Il finira pas caller ce grander. La suite est calme. Pas d’action jusqu’à la prise de cette magnifique femelle de 57 cm par Romain. Un peu de chance aussi pour lui. Il pique ce poisson en fin de dérive de sa foam hopper, sans voir le fish monter, sentant juste la tirée sur la soie, ferrage reflexe. Bingo !

  
57_cm_for_Romain_on_our_last_morning_seesion.JPG

57_cm_for_Romain__2_.JPG

Il est bientôt l’heure de rentrer. Il fait de plus en plus chaud mais le vent n’est pas tombé. Terriblement génant dans l’axe de la rivière, dans le nez. Nous faisons une halte sur une portion non encore pêchée.

2 heures sur une énorme truite à table sur des micro moucherons – Echec

IMGP3625-001.JPG


[Total : 9   Moyenne : 4.4/5]

 

[Total : 9   Moyenne : 4.4/5]

Laisser un commentaire