NICO & co … pêcheurs du Monde …

… gone fishing …

Retour au pays des truites qui gobent au chant des cigales

En cette fin Avril les gaves sont déjà en eau de neige et il pleut. C’est le moment d’aller voir ailleurs. Luingins est chaud bouillant pour aller se frotter aux truites trophées du Ter en Catalogne.
C’est partie, on a une fenêtre de 3 jours de beau temps, réservation à l’hôtel Rural Pasteral de La Cellera de Ter, nos permis annuel Catalogne sin muerte sont toujours valables. On charge le Honda, petite halte à la mairie pour voter pour notre futur président (Macron réélu) et on enquille option autoroute via Toulouse, Narbonne, Perpignan, Pertus, Girone, Anglès afin d’éviter les chutes de neige du côté d’Andorre. 4h50 de route pour atteindre le fameux tail water d’Anglès sous un doux soleil.

Dépose des affaires à l’auberge et premier contact avec la rivière sur le grand glide en aval du pont d’Anglès. Il est 16h et plusieurs beaux poissons sont actifs sur des petites éphémères. Ce spot est une valeur sûre pour voir de beaux gobages, mais elles sont surpêchées et sont devenues des expertes. La Henry’s Fork à Harriman state c’est de la rigolade à côté de ces truites hypers éduquées de ce glide du Ter. C’est un bon échauffement mais quelle frustration. Échec total et quelques refus majestueux à vous déclencher un arrêt cardiaque. Tout ce calme vers 18h. Ça sera le rythme et les conditions de ce petit séjour:
Une éclosion régulière mais non massive entre 13h00 et 18h00, de petites éphémères aux ailes grises et corps jaunâtre, bien imitées par un petit CdC en taille 19 sur 103 BL. Ce fut La mouche du trip. Pas de coup du soir. Notre coup du soir ça sera un bon magret à la plancha à notre QG d’Anglès, la Ruttla.

Lundi 26 Avril: Retour sur la rivière vers 10h00 motivés comme jamais après l’échec d’hier, bien décidés à leurrer une de ces magnifiques truites du Ter. On commence par le pool de la vieille. Les niveaux sont un peu trop bas par rapport à Juillet (irrigation) et la rive du spot Romzy ne court pas assez.

Pas d’activité en surface, Louis s’essaye au streamer dans la partie rapide et touche ses premiers poissons. Une belle arc et une petite fario. Pas de monstre mais une bonne entrée en matière. On observe les glides jusqu’à 13h sans rien repérer et décidons de revenir plus en amont sur le grand plat aux truites expertes. La place est libre et comme prévu ça gobe sur le glide. Les dérives et refus s’enchaînent quand je repère un magnifique head and tail dans la fin de l’accélération en amont.
The spot:

Il ne faut pas laisser passer cette opportunité car ce sont souvent de belles farios qui se mettent en poste dans ces pocket water. Elles sont un peu moins regardantes dans cette configuration d’eau plus rapide permettant des dérives parfaites. La belle monte et engloutie mon CdC au 2ème passage. Bascule et ferrage. Pendue. Bon combat sur 6x,  bien lourd qui m’amène quelques dizaines de mètres plus bas sur le grand glide pour la mise dans le filet. C’est un beau poisson aux belles couleurs.

Louis continue de se casser les dents sur les expertes du glide et encaisse quelques bons refus de gros poissons. Elles sont diaboliques !
Il parvient à faire monter une fario mais pas le modèle attendu. C’est quand même une belle performance sur ces poissons hypers éduqués

Et pose casse-croute en mode Montana:

Louis vient d’apercevoir du coin de l’œil une manifestation suspecte dans une pocket water dans la même zone où je viens de taper. Bien vu Louigins, une autre grosse Fario s’est mise en poste dans cette magnifique portion du tail de l’accélération et intercepte les petites éphémères qui dérivent toujours sporadiquement sur l’eau. Il se positionne, assis sur un caillou en bordure du spot, tchatant avec son frère Romzy qui suit de près nos aventures depuis la Martinique.
Luingins interrompt la conversation avec son frère car la belle vient de lui faire un somptueux head and tail. 2 ou 3 passages et ça monte pour Luingins. Yess! Ça 1ère Fario trophée du Ter. Tout ce passe bien, combat bien lourd, comme on les aime et ce magnifique mâle fini dans mon filet, sécurisée pour une rapide séance photo. Contrat rempli avec ce doublé de grosses Farios du Ter en sèche. La tension retombe ..

Comme l’éclosion vers 18h00. Fini pour aujourd’hui. Retour a l’hôtel pour une pause relaxation avant un combo pizza-grillade au Rutla café d’Anglès (10€ l’assiette composée d’un sublime magret de canard à la plancha, salade et frites).

Mardi 26 Avril. On attaque vers 11h au pool de la vieille. Un coup de streamer infructueux pour Louis, et 1 heure de prospection sur la partie aval de la rivière. Quelques jolis spots mais rien ne valant la marche pénible dans galets, et pas un insecte ni un gobage vu. 13h00, on décide un repli stratégique vers la valeur sure du grand glide aux expertes. Elles sont déjà en activité quand nous arrivons. J’opte pour une petite sieste sur la berge afin d’essayer de faire passer une migraine persistante. Louis insiste sur ces magnifiques gobages. Il est à nouveau en échec et décide de passer en 7x.. Sport le jeune … Mais bonne option. La dérive de son petit dun  CdC est certainement plus naturelle et ça fait la diff sur ces poissons hypers éduqués. Ça fini par monter… et quel fish ! Je suis sorti de ma torpeur par le son de son moulin sollicité par le rush d’une Arc trophée du Ter. C’est du gros. Jump, rush, demi-tour, Luingins est en pleine danse au milieu du glide contrôlant comme il peut la situation sur sa pointe de 7x. J’arrive à la rescousse afin de tenter d’abréger le combat avant une casse probable. Je parviens à intercepter le fish encore vert. Quelle merveilleuse Bonite, somptueuse arc bodybuildée du Ter. Super action et initiative de Luingins! Well done et respect !

Le reste de l’après-midi se poursuivra sur le glide, en 7x, avec quelques montées de plus mais moins glorieuses (piquotages et ratages en ce qui le concerne -pas mon jour). A noter aussi la grosse Fario en poste sur le petit spot calme de la berge d’en face (elle y est toujours – pas simple non plus celle là).

Il est trop tard pour rentrer à la maison, on a rallongé le séjour d’une nuit afin de faire la route tranquillement le lendemain mercredi.
Dernière combo pizza-magret-coca au Rutla café.

Mercredi 27 Avril, réveil tranquille, petit dej ‘méditerranéen ‘ d’obèse avec grande tranche de pain grillé, huile d’olive maison 1er pression à froid (une tuerie), jambon iberico, queso, tomate. Et rencontre avec 2 guides de pêches français des Pyrénées Orientales venus se faire une session de quelques jours sur le Ter. 
Il est déjà 11h, pas loin du début de l’éclosion. Il serait dommage de prendre la route maintenant sans aller dérouler un peu de soie sur la rivière. Je décide d’amener Louis sur le pool en aval du grand glide, celui où on avait fait notre dernier coup du soir magique avec Romzy en Juillet 2021.
C’est vrai que le spot est magnifique avec une belle sortie d’accélération profonde (à faire au streamer le matin avec une soie plongeante -la grey soie de 6 truite de mer d’Ecosse sera parfaite – cette fosse héberge quelques monstres de Farios) s’élargissant sur un très beau glide. 
Les 1ers gobages se déclenchent sur la partie juste en aval de l’accélération. Magnifique ! Et facile pour un gaucher en depuis la rive gauche d’en face. 
Le temps de traverser et de déranger une grosse Fario sur le petit pool en amont, ce sont 4 ou 5 grosses farios qui se sont mis à table sur les quelques petites éphémères grises qui dérivent. Grand spectacle, ça aspire goulûment. Je m’y colle, toujours en 7x car les dérives sont ici aussi très compliquées. Ça ne monte pas, mais j’insiste car je vois clairement des duns se faire prendre. Ça finir par monter chez moi.
Bingo, une de la bande se fait enfin leurrer, prise de mon petit CdC de côté, bascule, ferrage, pendue. Sensation toujours aussi géniale sur ces gros poissons. Le 7x résiste à la faveur d’un combat tout en lourdeur, au fond,  mais sans coup vicieux . Magnifique butter Fario du Ter.

Je suis tout seul, Louis est monté sur le petit pool en amont. Quelques photos dans les renoncules, changement de CdC, noeud de mouche refait et déjà prêt à y revenir car les autres continuent à s’alimenter en surface.
Et ça monte à nouveau sur un CdC mouillé en mode spent machouillé. Nouvelle Butter Fario à la raquette de Louis revenu entre temps. Belle clôture de ce petit séjour avec ce doublé du Ter.

Louis doit aussi clôturer son séjour. 2 poissons sont sortis un peu plus en aval. Il s’y colle et parvient à piquer une des 2, pas la plus grosse, mais une belle 40 pour finir. Cool.

Il est 15h l’heure de prendre la route. Dernière émotion en arrivant à la voiture garée au pont en bois. Il me manque ma boîte de CdC . Elle a du tomber sur la berge après mon 2ème poisson quand j’ai changé ma mouche. Retour express, un des guides Français a pris le poste à notre départ et vient de trouver ma boîte dans l’herbe. Soulagement d’avoir retrouvé des années de montage de CdC. Perdre une belle boîte remplie de mouche montées au fil du temps est pour moi pire que de casser une canne.
Retour pour les Pyrénées et le tunnel du Puymorens le cœur léger.
A retenir :
Avril-Mai sont certainement des bons mois avec une activité régulière durant l’après midi. Pas encore de coup du soir (peut être en Mai à la faveur de températures plus chaudes). Juillet si pas trop chaud encore très bon mais plus en fin de journée et coup du soir, ou après un bon orage (voir article sur le 1er séjour sur la Ter en Juillet 2021).
Oublier de mi juillet à fin Août je pense. À nouveau très bon en Septembre et Octobre, après la fermeture en France.
Les mouches: petites grises à corps bien gras  jaunâtre-maronasse, CdC sur 103 BL en 19 ou 17.
Du spent, rusty, de l’oreille de lièvre, du chiro ou merdouille émergente  sous ombrelles pour les expertes.
Et du bon gros streamer sur soie plongeante ou intermédiaire pour le matin dans les accélérations profondes.

Le type de CdC qu’il faut avoir:

Et un petit montage photo pour résumer le tout !

[Total : 2   Moyenne : 4.5/5]

Laisser un commentaire