NICO & co … pêcheurs du Monde …

… gone fishing …

Scotland flyfishing trip 2013

24'' from the Don - EcosseRetour en Ecosse, une sorte de pèlerinage pour Romain, Léa et Louis qui n’étaient pas revenus cinq ans après notre séjour dans ce fabuleux pays. Un des objectifs de ce voyage était de faire découvrir à Romain et Louis le formidable potentiel de la Don river et ses extraordinaires brown trouts trophées. Mission accomplie au-delà de toutes nos espérances.
Notre premier arrêt ‘’touristique’’ sur la Don le samedi après midi de notre arrivée, après une reconfortante soup of the day, va nous gonfler à bloc pour la suite : Il est 15h, ce glide de la Don est abrité du vent et nous assistons à une phénoménale éclosion de grosses March Brown et d’Olives qui déclenche une frénésie de gobages. Mais nos permis de pêche commencent demain Dimanche 28 Avril. Trop tard pour aller prendre la carte pour la journée, mais très encourageant pour la suite. Dimanche 29 Avril: On attaque donc les affaires sérieuses le lendemain sur les parcours de l’ADAA, chargés de tant de bons souvenirs. Flash back intense, rien n’a change, le glide de l’école semble tjs aussi prometteur, le grand lisse du virage tjs aussi abrité et calme. On rencontre même Scott (dit Klinkammer) l’un des membre de l’ADDA passionné par les brown trouts de la Don on the dry fly. Trop cool de se revoir et de se raconter les belles prises réciproques durant les dernières années qui se sont écoulées depuis notre dernière rencontre, au même endroit au bord du même pool. IMGP3395.JPG DSCN0316.JPG IMGP3417.JPG C’est une saison difficile, avec un hiver qui n’en fini plus et peu d’éclosions. Les prévisions pour la semaine ne sont pas encourageantes, avec des températures très fraiches, ne dépassant pas les 9°C mais surtout du vent, beaucoup de vent. Par contre l’eau est magnifique, claire et basse. La Don est une rivière difficile, irrégulière, déroutante mais fantastique car offrant, a celui qui fait l’effort d’arpenter inlassablement ses rives, de formidables opportunités à la faveur d’une accalmie du vent, d’un rayon de soleil faisant monter la température de 1 ou 2 °C et déclenchant comme par miracle l’éclosion salvatrice qui va dévoiler alors l’extraordinaire potentiel de cette rivière. Malheur au pêcheur qui n’a pas intégré ce caractère fantasque et imprévisible de la Don et qui pliera les gaules dépité après avoir enduré durant 2 heures une succession d’averses et la morsure d’un vent glacial, sans avoir vu la moitié d’une Olive ou d’une March Brown. Il est 14h00 et tout laisse à penser que plus rien ne se passera aujourd’hui. Erreur fatale. Un front froid vient de passer, avant le suivant. Il est 14h20, le vent tombe, le soleil perse, il fait presque chaud et les premières March Brown émergent. La fenêtre est souvent courte, mais la récompense à la hauteur des espérances du traqueur de grosses brownies de la Don. Les sens sont en éveil, les yeux rivés sur cette splendide veine d’eau, dans le seam de la rive opposée, quelques mètres en amont du calme dans le quel Manfred avait tapé une magnifique truite 5 ans plus tôt. Les MB sont maintenant de plus en plus nombreuses déclenchant l’activité d’une brownie. De plus en plus de mouches se font intercepter dans le seam. C’est le moment de lui présenter un joli CdC qui ne tarde pas à subir le même sort dans une aspiration discrète. Ferrage, démarrage, jump … Je ne la voyais pas si grosse, ce qui n’est pas pour me déplaire ? Et plus elles sont grosses, plus elles sautent. C’est une particularité des brownies de la Don rendant les combats aussi spectaculaires, qu’incertains. Romain vient me donner un coup de main car la belle commence a dangereusement s’approcher du rapide en aval. En confiance sur ma pointe en 5X, je bride la truite et la fait glisser dans la raquette de Romain. Yess ! Le compteur du Scotland fishing trip 2013 est ouvert sur un magnifique poisson de la gamme 48-50. IMG_0362.JPG DSCN0304.JPG RSCN0353.JPG DSCN0308.JPG Il est 14h40, les premières risées sur l’eau réapparaissent, la fenêtre va se refermer. Romain profite des dernières mouches qui commencent a se raréfier pour attaquer un joli gobage sur le glide en aval. Elle gobe une fois puis se cale durant un ¼ d’heure. 3 fois Romain rentrera dans l’eau pour approcher cette truite qui se tient de l’autre cote du lit de la rivière, trois fois il battra en retraite après 10 min a faire le héron. Au 4eme gobage, Rom décide de lui faire passer son CdC dans la zone. Bonne option, la truite finira par monter, se retournant pour saisir sa mouche. Apres une redoutable défense dont un passage dans les pieds et sous la berge creuse cette belle fario de la Don affichant un bon 40+ se présente pour la photo. Contrat rempli. IMGP3397.JPG La température chute, le vent forci, la fenêtre s’est refermée. Quelques petits poissons clôturerons l’après midi sur le grand lisse du virage plus en amont à l’abri du vent. Lundi 29 Avril.: Les prévisions sont très mauvaises avec un vent de Nord Ouest soufflant en tempête sur le Nord de l’Ecosse. Impechable. On profitera de cette journée vivifiante pour retourner en famille sur les traces de nos 3 années Ecossaises a Ellon. Séquence émotion. Les sands of Forvie, l’embouchure de la Ythan river à Newburgh. IMGP3409.JPG IMGP3411.JPG Et les phoques qui attendent les saumons et truites de mer qui s’engagent dans leur remontée de la Ythan Copie_de_IMGP3403.JPG Une autre figure locale: DSCN0362.JPG Notre ancienne maison à Ellon, the Old Rectory: DSCN0369.JPG Et le coffee Pot DSCN0372.JPG Mardi 30 Avril: Retour sur la Don. Les conditions sont tjs difficiles avec cette dépression tanquée au Nord de l’Ecosse vers les iles Shetland qui génère ce flux puissant et glacial de Ouest/ Nord Ouest. Un beau soleil réchauffe l’atmosphère mais rend en fait les conditions encore moins propice à une éclosion d’Olive. Car plus que les brèves sorties de MB, ce sont ces longues et massives éclosions d’Olives qui réveillent la Don et ses grosses brownies en début de saison. Et pour déclencher ce fameux hatch il vaut mieux un temps froid, couvert, voir pluvieux, surtout pas un grand ciel bleu. Pas grand chose donc a se mettre sous la dent aujourd’hui en sèche. On croise John Walker, auteur du livre “Dry fly memories : Extract from a Don diary”, 50 ans de passion pour cette rivière: http://www.anglebooks.com/product.php/31312/. Il se souvient de moi, posté 5 ans plus tôt, posté au même endroit, dans l’attente d’un gobage. C’est un gentleman, un amoureux de cette rivière, casquette en tweed vissée sur la tête, arpentant ses rives avec sa fidele canne en bambou refendu équipée d’un antique moulinet Hardy, toujours aussi assidu malgré la raréfaction des hatches. Un grand moment et un vrai privilège de pouvoir partager ma passion avec cette légende de la Don, au bord de sa rivière. J’aime l’Ecosse et cette rivière et Sir Walker l’a bien compris. Il est déjà tard, le hatch n’aura pas lieu. Quelques petites truites se laisseront tout de même admirer succombant a nos CdC. Je descends la rivière dans la grande ligne droite et le pool qui m’avait offert une belle truite de mer en Septembre 2011 (voir article: ). Je monte une nymphe pheasant tail casque d’or en pointe, surmontée d’une palaretta en dropper et peigne consciencieusement le pool. La prise m’arrache la soie des mains. C’est une belle fario qui a intercepté la mouche noyée montée en dropper. Une 45+ trapue qui accepte de se faire tirer le portrait. IMG_0363.JPG IMG_0365.JPG Romain m’a rejoint et attaque un beau poisson colle a la rive opposée et qui monte régulièrement dans un calme. Pas facile, la rivière est profonde au milieu, et sa mouche drague rapidement. Un judicieux coup de poignet suivi d’un mending et la truite monte. Ferrage, casse, dommage . Fin de la session. Mercredi 1er Mai : Relâche. On part a l’Ouest pour une superbe virée dans les Highlands, la route des distilleries, Huntly, la Deveron (voir billet: http://www.nicolascarles.com/index.php/post/Apres-un-spate-sur-la-Deveron-a-Huntly), IMGP3419.JPG IMGP3420.JPG Dufftown, la vallée de la Spey, Ballindaloch (voir billet : http://www.nicolascarles.com/index.php/post/Flavour-of-Scotland2 ), Grandhome on Spey, Carrbridge et un bon Haggis au Cairn hôtel (elu meilleur pub des cairngorms pour la 4eme année consécutive), IMGP3422.JPG IMGP3427.JPG le Loch Ness, IMGP3451.JPG retour par la petite route qui traverse les Highlands par Tomintoul et la valle de la Don, tout ca sous un grand ciel bleu. Grandiose ! IMGP3455.JPG IMGP3462.JPG Jeudi 2 Mai : On décide de pêcher les beats plus en aval en descendant vers Aberdeen. Le temps est couvert, petite bruine, froid, 7°C, vent du sud. On se réchauffe en pêchant en nymphe + dropper une magnifique veine d’eau en amont d’un glide non moins prometteur. On enchaine 4 / 5 poissons, pas des monstres mais bien sympa. Louis se régale canne en main. Quelques Olives commencent a émerger et l’éclosion massive tant attendue se déclenche vers 14h00 sur le grand lisse en aval. La Don se réveille et quelques bons gros gobages bien gras se manifestent en tête de pool. Je monte une grosse olive CdC et ferre un premier poisson. C’est du lourd. Comme souvent la belle enchaine les sauts retombant lourdement sur le flanc. Romain me la cueille dans sa raquette. C’est une 20+ validée. IMGP3470.JPG IMGP3471.JPG IMG_0369.JPG DSCN0392.JPG Romain enchaine avec le format légèrement inferieur, mais un superbe poisson. J’en pique une 2eme, encore un beau poisson de la catégorie 47/48, que Louis combat comme un chef. IMG_0367.JPG L’éclosion de Large Dark Olives (LDO) redouble d’intensité et le festival continu. On enchaine les belle brownies: IMG_0371.JPG IMGP3472.JPG DSCN0393.JPG Romain repère un beau gobage au milieu des Olives poussées par le vent vers notre berge. Je suis positionné quelques mètres derrière lui et admire l’action. Un bec noir perce la surface et englouti son CdC. Ferrage dans le tempo. Rom tient sa truite trophée de la Don, pour son retour en Ecosse, 5 ans après et une sacrée expérience de moucheur emmagasinée sur les rivières du Montana et les gaves. Il maitrise son affaire et gère parfaitement les couts de tête et les sauts de ce magnifique poisson. Je descends dans le lit de la rivière pour lui cueillir sa truite. Et quelle truite, un bon 52/53 de toute beauté. DSCN0394.JPG DSCN0395.JPG IMG_0373.JPG DSCN0397.JPG IMGP3475.JPG DSCN0396.JPG Nous sommes comblés. Il est temps de rentrer se réchauffer avec un bon thé et des pan cakes au sirop d’érable en observant les biches a travers la baie vitrée du salon. L’Ecosse c’est unique. Vendredi 3 Mai: Les prévisions météo pour notre avant dernier jour de ce séjour Ecossais semblent presque idéales pour une belle sortie d’Olives : Couvert, bruine, peu de vent, et les 5 ou 6 °C annoncés ne devraient pas être un problème. Il faut simplement bien se couvrir. En fait on aura des conditions plutôt d’un début d’Avril Ecossais, ces journées grises et froides de début de printemps qui déclenchent les longues émergences d’Olives. Nous sommes en place des 11h00, apéritif en nymphe + dropper en attendant l’éclosion. On pique quelques petits poisons mais très vite, comme prévu, les premiers insectes apparaissent. Il n’est que 12h00 et on passe en sèche, CdC Olive, pointe de 5x. L’éclosion s’intensifie sous la bruine et les premiers gobages apparaissent sur le lisse. Romain attaque sur la partie aval et accroche les premières truites qu’il fait combattre a Louis. Comme hier quelques gobages prometteurs se déclenchent dans la partie amont au plus profond du lit de la Don. Je ferre une belle 42 que Louis va mater comme un chef. IMGP3483.JPG Romain s’est positionné sur l’autre rive pour attaquer quelques belles postées rive droite. Il ne tarde pas a faire monter une jolie 42. Une aspiration bien grasse vient de se produire a quelques mètres de moi en plein travers. Je fixe une grosse olive qui dérive dans la zone et je confirme la présence d’un gros poisson lorsque cette malheureuse se fait goulument intercepter. 2 faux lancés plus tard, mon CdC dérive impeccablement et subit le même sort. Trop facile. Le fish bascule et j’assure le ferrage dans le tempo. La suite, c’est un grand classique de la Don et de ses farios trophées, une série de sauts très lourds, des rush, des coups de tête au raz du fond, la descente avec le poisson en laisse, et enfin la mise à la raquette. Quel fish. Longue, trapue, lourde, en parfaite condition pour un poisson en sortie d’hiver. Prise de marque sur la raquette pour une mesure rapide, photos et relâche dans son élément. C’est un poisson ‘’étalon’’ car s’inscrit très exactement de l’extrémité du manche de ma raquette au point le plus oppose du cercle extérieur du filet, ce qui après mesure indique un 57 cm tout rond. C’est une de mes plus belles Brownie de la Don. IMGP3485.JPG IMG_0377.JPG DSCN0404.JPG IMGP3491.JPG Romain enchaine une autre 43+ en face sur l’autre rive, (Insérer photos de Romzy) alors que Louis qui m’a rejoint dans le lit de la rivière travaille une 40+. C’est Bonanza a nouveau. Quelques poisons plus tard, les choses se calment un peu alors que l’éclosion ralentie. Il est 14h30, et nous avons vécu 2 heures de pur bonheur sur les Olives. On en profite pour reprendre quelques forces et se réchauffer les mains. Des Olives continuent a dériver mais les rangs sont clairsemés et les gobages se sont arrêtés sur le lisse maintenant balayé par une bise glaciale orientée au Nord. Nous décidons de monter vers une berge plus abritée dans un virage au pied d’une colline boisée. J’ai de merveilleux souvenirs de cette berge qui m’avait offert de très beaux poisons lors des journées ventées. C’est un glide somptueux dans un cadre de rêve, en amont d’une accélération. Lorsque nous arrivons sur le spot, quelques olives bien visibles descendent lentement. Un beau gobage très proche de la rive dans très peu d’eau se déclenche. Rom se positionne et l’attaque en revers. La truite ne remonte pas. Dommage, c’était un gros poisson. IMGP3494.JPG Louis assis sur la berge pour observer son grand frère pousse un cri. IMGP3496.JPG On tourne tous notre tête vers la direction indiquée par Louis et admirons les impressionnants cercles concentriques qui confirment sa vision. Il a vu un dos énorme au milieu de la Don, sur le glide, en plein travers de notre position. On scrute la zone, et le phénomène se répète. Si c’est une truite elle est énorme. J’hésite. Cette montée style marsouinage me fait plutôt penser a un saumon venant admirer le paysage en surface. Je rentre dans l’eau et m’avance délicatement, en remontant un peu afin de pouvoir mieux présenter mon imitation et retarder le dragage. En fait je suis trop remonté et après plusieurs passages dans le vide, la truite, car c’est bien d’une fantastique fario de la Don dont il s’agit, vient d’engloutir une olive dans un head and tail sublime quelques mètres en aval de la zone que je pêche. J’ai le palpitant dans le rouge. Je prend une grande inspiration pour me calmer et assure un posé dans sa veine, 2 m en amont. Alors que mon CdC arrive dans la zone, la surface glacie de la rivière se déforme, le bec sombre émerge, englouti ma mouche et l’énorme truite bascule, laissant tout son dos émerger. Vision phénoménale, le temps semble suspendu. Comme souvent sur ces gros poisons, le ferrage est facile, à condition de bien laisser la belle basculer vers l’avant. Contact. La truite n’a pas réagit tout de suite et sur de sa force regagne le lit de la rivière. La pression augmente le festival commence. Je connais bien la configuration et le lit de la Don à cet endroit. C’est assez profond et garnis de gros bloc de rocher. Je préfère me dire que mes chances sont minimes sur un tel poisson a cet endroit. Si elle ne passe pas sous un bloc en enchainant un saut derrière pour exploser ma pointe en 5X (que je n’ai pas changé depuis 2 jours et qui a encaissé le combat de la 57 une heure plus tôt…J’ai quand même, comme après chaque gros poisson, refait le nœud de la mouche) elle me crucifiera en dévalant vers le rapide qui n’est qu’a quelques mètres en aval. Je préfère donc me préparer psychologiquement à la perte de ce fish of a lifetime, en me consolant d’avoir eu l’immense bonheur et privilège de l’avoir faite monter et combattu. L’essentiel est bien la. Lui tirer le portrait serait pourtant un plus non négligeable …Mais n’y pensons pas. Je reste concentré sur mon affaire, cherchant tant bien que mal a maintenir la truite dans le pool avec l’aide de Romain qui s’est posté sur le début de l’accélération en aval afin de la dissuader à dévaler ou de tenter un revers de coup droit de la dernière chance, mais très improbable, si elle décide de plonger dans le rapide. Je lui tourne la tête plusieurs fois à chaque amorce de descente, mais je ne maitrise pas grand chose. Je ne me souviens pas avoir ressenti une telle puissance au bout de ma sage soie de 5, à part peut être avec le saumon que j’avais pique en nymphe a Monymusk, tjs sur la Don. J’arrive après de longues minutes à raccourcir la distance et la belle semble faiblir. C’est une opportunité à saisir. Ma pointe risque de céder à tout moment. Je couche la canne forçant la truite vers ma rive, puis lève le blank. Elle monte à quelques mètres en amont de moi. Si elle ne replonge pas j’ai une chance. Je tends le bras avec ma raquette, elle n’a pas encore réagi et la fait pénétrer tant bien que mal au fond du filet. Elle est prise. Yessss !!!!! Je suis tout tremblant. Tout c’est bien passé. Action d’anthologie pour un poisson d’exception. Rom sort son mètre. Un tel poisson ça se mesure. Débat animé entre un 59,5 ou un 60. Rom tente le 59,5. J’insiste un peu pour la marque à 60 en visant l’extrémité de la mâchoire supérieure. Le 60 est accordé à l’unanimité?. C’est un poisson extraordinaire, par sa taille mais surtout par son épaisseur et son poid. Séance photo, prise de vue sous marine et cette merveille de la nature regagne le milieu de la Don. [((/photos-de-peche-sportive-au-gros-ou-de-peche-a-la-mouche/Scotland_2013/.IMGP3500_m.jpg|24 from the Don – Ecosse|C|24 from the Don – Ecosse, mai 2013))|/photos-de-peche-sportive-au-gros-ou-de-peche-a-la-mouche/Scotland_2013/IMGP3500.JPG||24 from the Don – Ecosse] Brown trout trophée de 60 cm de la Don IMGP3499.JPG Prise sous l’eau avant qu’elle ne s’éloigne: IMGP3512.JPG C’est énorme, une 57 et une 60 en sèche dans la même après midi. Que rêver de plus pour un passionné de pêche a la mouche en sèche, amoureux de cette rivière, de ses brownies et de ce pays. Samedi 4 May: Last day: Les conditions ont changé, plus doux, mais le vent à repris de la vigueur et l’éclosion ne sera pas aussi massive aujourd’hui. Très bonne dernière journée tout de même, mais sans 20 inches ?. En fait l’éclosion va bien se déclencher mais ne va pas durer. Je pense que les grosses truites le perçoivent et, aussi incroyable que cela puisse paraitre, ne se mettent pas en poste malgres l’intensité du début du hatch. C’est un signe et effectivement 30 min plus tard les mouches se raréfient. On se régalera sur une pêche plus itinérante le long de la Don, dans des paysages de rêve, sur du plus petit poisson. IMGP3524.JPG Un belle 43/45 en nymphe combattue par Louis IMGP3527.JPG DSCN0457.JPG IMGP3528.JPG IMGP3529.JPG Merci la Don et à bientôt.

[Total : 4    Moyenne : 4/5]

Laisser un commentaire